Friday, March 20, 2015

Pop-up shop: Les Filles Frou Frou


Qu'est-ce que Les Filles Frou Frou ? Les Filles Frou Frou est le nom d'un pop-up shop ouvert à Paris du 24 février au 17 mars 2015 à la boutique Guiq' Chaq. Les Filles Frou Frou a réuni 6 designers et artistes européens afin de créer un pop-up shop lolita à l'univers "Kawaii et Glamour". 

J'aurais adoré pouvoir me rendre au vernissage ou bien aller à la boutique un des premiers jours d'ouverture mais cela n'a malheureusement pas été possible. Je vous offre donc un petit compte-rendu d'après la bataille, à quelques jours de la fermeture. Le pop-up shop devait fermer le 10 mars, mais il se trouve que la fermeture a finalement été repoussée de quelques jours.

Je connaissais Guiq' Chaq en tant que boutique fixe, avant l'ouverture du pop-up shop, mais sans jamais avoir pu réellement m'y rendre. En effet, Guiq' Chaq fait partie de ces boutiques que j'ai la malchance de voir fermer à chaque fois que je veux m'y rendre — pourtant aux heures d'ouverture (a croire que c'est un mal parisien...). Un peu sceptique sur le fait de trouver la boutique ouverte un dimanche, je me suis tout de même fiée aux horaires d'ouverture (je ne perds jamais foi) pour finalement trouver la lumière bien allumée et la porte grande ouverte: mes amis, je n'y croyais plus !



La boutique est petite mais bien agencée, les six marques se partagent un espace égal permettant ainsi d'avoir l'œil sur plusieurs types de vêtements et accessoires et plusieurs styles, le tout en même temps. Je ne dirais pas que j'ai tout aimé mais la sélection était assez large : robes, jupes, chapeaux, bonnets, accessoires et même chaussures. C'est agréable de voir des marques européennes mises à l'honneur dans une boutique (même éphémère). La qualité varie forcément d'une marque à l'autre, mais la gamme de prix aussi et finalement, il n'est pas difficile de repartir avec un petit (ou un gros) quelque chose. Du pop-up shop je retiendrai donc trois marques que je connaissais, certes, déjà, mais qui m'ont réellement séduite (une nouvelle fois). 



Cloudberry Lady proposait de nombreuses robes, bonnets et chaussures à l'achat. J'ai eu un véritable coup de coeur pour les bonnets et la robe en vitrine (que Lunie portait lors de LVER !). Feutre, soie, cuir, belles dentelles, le travail de Tuulia est vraiment à couper le souffle. Le travail de la jeune finlandaise est non seulement exposé en France mais également au Japon ! La célèbre marque et boutique Atelier Pierrot vend désormais du Cloudberry Lady à nos consoeurs japonaises, définitivement un grand pas pour Cloudberry Lady et toutes les marques indies ! 
    
Ergi by Piratessan est une marque suédoise créée en 2007. Je crois que je connais la marque depuis mon arrivée dans le lolita, pour la simple et bonne raison que j'ai toujours eu envie d'avoir un (voir même plusieurs) de leurs bonnets lapins. Ne sont-ils pas mignons ? J'ai du me faire violence pour ne pas acheter le dernier qui restait — et qui allait pourtant à ravir avec ma tenue. Malheureusement, cela n'aurait pas été raisonnable ! Leur travail autour de la (fausse) fourrure, que ce soit pour leurs bonnets animaux ou leurs cols vaut vraiment le détour. 

La dernière marque à avoir attiré mon attention est Medusa Couture. J'ai appris à mieux connaitre la marque lorsque sa créatrice a généreusement offert un bonnet chauve-souris pour chaque Tea Time French Café organisées lors des Halloween Fashion Walks en Belgique, en Suisse et en France. Medusa Couture proposer tout un ensemble chauve-souris : le bonnet, le col et le sac qui ravirait les fans du genre ! Toutes les pièces sont disponibles en bordeaux, en noir (et même en blanc à quelques occasion exceptionnelles me semble-t-il ?). D'ailleurs celles-ci allaient particulièrement avec les chaussures chauve-souris de Cloudberry Lady, n'est-ce pas ? Bien que j'adore cette collection, ce n'est pas un style que je porte couramment et si je devais choisir quelque chose à acheter chez Medusa Couture je me tournerais définitivement vers la JSK Victoire ! 50€ seulement pour une robe épaisse et parfaite pour l'hiver, disponible en crème et en marron~ 




Etant moins intéressée par les autres marques, je ne m'y suis pas trop penchée dessus, mais vous pouviez également retrouver aux Filles Frou Frou : Li-Paro (Allemagne), Shinkurose (Royaume-Uni) et l'artiste Sirkku Tuomela (Finland). 

Pour conclure, moi qui avait toujours été un peu réticente à l'idée de trouver perpétuellement Guiq'Chaq fermé, je me dis que ce pop-up shop pourra peut-être créer une nouvelle dynamique pour le magasin ! La propriétaire ne parle pas le Français (uniquement le Japonais et l'Anglais) mais cette dernière est extrêmement aimable et accueillante, ma visite m'a laissée un très bon souvenir contrairement à ce que j'aurais pu imaginer au départ. J'espère donc pouvoir trouver très bientôt à Guiq'chaq de nouvelles expositions ou pop-up shops~ Pourquoi pas cet idée lors des événements lolita de juillet ? 

Les Filles Frou Frou
du 24 février au 17 mars 2015

Guiq'chaq
3 rue Mazet 75006, Paris
Métro : Odéon et St Michel

Du mardi au samedi de 11h à 20h 
Le dimanche de 14h à 20h
(fermé le lundi)

A bientôt, pour un nouvel article autour d'un second pop-up shop japonais à Paris ! 
(Nous sommes vernis !)

Thursday, December 18, 2014

Exposition : Dessins du studio Ghibli


          Dessins du studio Ghibli, les secrets du Layout pour comprendre l’animation de Takahata & Miyazaki est la troisième exposition d’Art Ludique, musée qui met à l’honneur les artistes illustratifs narratifs. Du 4 octobre 2014 au 1er mars 2015, le musée dévoile sur 1200m2 d’exposition plus de 1300 dessins préparatoires originaux du célèbre studio japonais. En moins de trente ans, le studio Ghibli avec Isao Takahata et Hayao Miayzaki à sa tête, a su conquérir un public sans âge et sans frontière par sa poésie, son élégance et ses mystères. Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro, Mon voison Totoro, autant de chefs d’œuvres qui ont fait la renommé du studio en France. Ces trois films et bien d’autres dévoilent leurs Layouts — ces fameux dessins préparatoires — pour la première fois aux yeux du public français. 

          L’exposition s’ouvre sur une présentation très technique, voir scientifique, de la construction, de l’utilité et des termes associés aux Layouts. Une entrée en matière plus formelle que prévue et qui, finalement, annonce le ton général de l’exposition. Les définitions se font complexes et le placement des œuvres et des textes se fait à hauteur d’un adulte. On comprend alors que l’exposition, tous comme les films du studio Ghibli, ne sont pas forcément destinés aux enfants mais bien à un public plus âgé et mature.


          Les dessins sont tous emprunts de la poésie caractéristique du studio Ghibli. On y remarque des détails qui n’étaient que peu visible une fois animés ou bien encore ces personnages et objets dont le physique et les caractéristiques ont été changés en cours de réalisation. Les Layouts sont presque émouvants, sensibles, on peut y voir les pensées des illustrateurs et réalisateurs, par les traits de crayon et par les annotations. Malgré ça, les salles se succèdent mais surtout se ressemblent, à part les différentes couleurs de murs et les brefs cartels, peu de choses indiquent à un non-initié que l’on passe d’un film à un autre. Toute la délicatesse de Hayao Miyazaki et de ses collaborateurs ne suffit pas à faire oublier la monotonie du parcours muséographique. 

          Les Layouts sont considérés pour la plupart comme des œuvres à part entière, chacune parfaitement encadrée, placée avec réflexion sur les murs, les unes à côté des autres. Il est dur, dans n’importe quelle exposition, d’avoir la même attention voir le même intérêt pour chaque œuvre présente. Mais alors comment faire lorsque l’exposition vous propose plus de 1000 dessins originaux qui ont, à peu d’exception près, tous le même format, le même médium, la même technique et la même présentation ? Les conservateurs et régisseurs ont peut-être voulu montrer l’importance de l’ensemble du travail du studio Ghibli, mais en plaçant la totalité de ces œuvres sur un pied d’égalité, plus rien n’a d’importance.


        Quelques vidéos d’animations et trois interviews viennent briser la monotonie de l’exposition en apportant une dimension réflexive à la création des Layouts et l’historique du studio Ghibli. L’une des interviews de Hayao Miyazaki amène notamment à se questionner sur la nécessité de la justesse du dessin dans le film d’animation. Ce dernier explique alors que la grande majorité de ses dessins ne sont pas correctement proportionnés, ni entre eux ni par rapport aux règles de perspective fondamentales. Hayao Miyazaki fait varier proportions, les accents, les tailles d’un plan à l’autre car ce qui compte en animation ce n’est pas la justesse du dessin, mais ce que l’œil va voir et ce que la personne va ressentir une fois la totalité du travail terminé. La sensibilité ne passe pas par la fausseté dessin statique mais par la juste accumulation animée de ces dessins. Ironiquement, Dessins du studio Ghibli, les secrets du Layout pour comprendre l’animation de Takahata & Miyazaki n’applique que peu les propos d’Hayao Miyazaki. 

          Le titre de l’exposition ne nous a pas menti sur un point, il s’agit bien des « secrets du Layout » et uniquement de cela. On aurait espérer en voir plus, en découvrir plus, mais l’exposition s’adresse finalement et presque uniquement à un public déjà connaisseur et admirateur du travail du studio Ghibli. Peut-on toutefois estimer que ces « secrets du Layout » sont suffisant pour comprendre l’animation de Takahata et Miyazaki ? Car ces deux personnes ne sont pas uniquement des producteurs, réalisateurs et dessinateurs, ce sont des hommes engagés politiquement, socialement et artistiquement comme l’ont prouvé de nombreuses fois leurs films et leurs actions. Les films Ghibli ne sont pas uniquement des images, ce sont également des couleurs, des musiques, des scénarios, des propos à la fois engagés et qui engagent la réflexion. Tous ces éléments qui font également le succès des film Ghibli sont alors laissés de côté pour mettre en avant une folie des grandeurs : l’exclusivité de pouvoir présenter plus de 1000 dessins originaux, habituellement précieusement gardés dans les archives du studio Ghibli.


          La muséographie aurait pu être plus aventureuse et osée, en particulier pour un musée aussi jeune et qui se veut aussi dynamique qu’Art Ludique. Le musée se veut le « premier […] au monde dédié à l’art contemporain issu de l’ « Entertainment ». Abolissant les frontières entre bande dessinée, manga, jeu vidéo, cinéma live action ou film d’animation […] » . Art Ludique a la chance de s’intéresser à des industries et des médiums que peu de musées ont pu jusqu’alors mettre en lumière. Les frontières se devraient d’être abolies non seulement dans le fond mais également la forme de l’exposition.

          Toutefois, le musée n’est cette fois-ci pas le seul responsable pour le contenu de Dessins du studio Ghibli. En effet, l’exposition est itinérante et le musée des Arts Ludiques représente à l’heure actuelle — et restera sûrement — le seul arrêt occidental de cette exposition qui a déjà parcouru l’Asie. Malgré les faiblesses muséographiques et scientifiques de l’exposition, un amateur des films Ghibli, un étudiant en animation, un passionné de dessin, ne devraient en aucun cas se priver de l’unique chance d’admirer de si près la virtuosité de Takahata et Miyazaki.


Dessins de Ghibli,
Du 4 octobre 2014 au 1er mars 2015.
Art Ludique, Le Musée,
34 Quai d'Austerlitz, 75013 Paris.
Horaire d'ouverture : sur le site d'Art Ludique.
Plein tarif : 15€ ; tarif réduit : 12,50€.

Monday, October 6, 2014

Mon manège à moi



It's been months I wanted to have a photoshoot on a carrousel (let me live my life full of lolita clichés !).  Since I impulsively bought Cyrstal Dream Carnival in July, I thought it was indeed the perfect dress to finally do it~ Luckily, Marie was also pleased by the idea and agreed to help me getting this little dream of mine realized ♡

I took the opportunity of my still-holiday time and this photoshoot to die my hair purple, thinking that would be nice to immortalize my summer-hair before I go back to blonde (yay. blonde usually fits better for jobs and internships' applications, haha).

I've have talked already enough, please, enjoy the pictures ! The bonus pictures will come in few days~ I first thought I would add them here but well, I think Marie really deserves at least two posts for all the hard work she put in those photographs ♡ Also, don't forget to also check Marie's post about the photoshoot, we didn't post all the same pictures ヽ(*⌒∇⌒*)

Cela faisait des mois que j'avais envie de faire un photoshoot sur un carrousel (ou plutôt des années — mais cette envie m'est réapparue récemment) et après mon achat impulsif de la Crystal Dream Carnival d'Angelic Pretty, je me suis dit que c'était justement l'occasion rêvée. Evidemment, toute cette séance photo n'aurait pas pu être réalisée sans l'aide de Marie (et d'Alienor, mais nous y reviendront dans les bonus) ♡

Comme certains ont pu le remarquer, j'ai profité de tout l'été pour me colorer les cheveux (rose, violet, …). Je suis plutôt contente d'avoir réussie à immortaliser ce moment avant de reprendre ma vie habituelle de jeune fille blonde (ce qui est plus pratique — nous allons l'avouer — pour chercher des stages ou des petits boulots). 

Mais assez parler ! J'espère que vous apprécierez les photos~ Je vous en réserve d'ailleurs encore quelques unes (carrément plus drôle) pour un prochain post bonus. N'oubliez pas également de passer sur l'article de Marie, nous n'avons pas posté exactement les mêmes photos ☆~(ゝ。∂)







See you soon for the bonus pictures ♡ They are way more fun than those one, I swear ☆~(ゝ。∂)